Saviez-vous que?

7 juin 2012

L’intervention précoce dans le cadre de ces programmes vise donc, autant que possible, à prévenir la détérioration psychosociale trop souvent observée dans les premières années d’évolution de la maladie. Une approche de traitement intensif dès les premières difficultés de fonctionnement social, familial et professionnel permet d’éviter cette détérioration, sinon d’en amoindrir les effets et d’optimiser l’accomplissement d’un projet de vie significatif pour la personne. Elle stimule l’espoir chez le jeune et sa famille. Les données d’études ont démontré que la durée de la psychose non traitée est associée à un moins bon pronostic. Ce délai, qui se chiffre en moyenne à un an (lorsqu’aucun programme de détection précoce n’est offert), est donc associé à un mauvais pronostic symptomatique et fonctionnel. Ainsi, lorsque non traitée, la psychose occasionne beaucoup de souffrance et son impact se répercute à divers degrés sur le fonctionnement social, familial, scolaire et professionnel du sujet.