Interventions psychosociales en individuel et en groupe

L’intervention multidisciplinaire se fait dans le cadre d’une approche de collaboration avec le jeune et ses proches. Elle cherche d’abord à stabiliser les symptômes et la situation de vie, incluant la résolution de problèmes concernant l’hébergement, les relations sociales, le revenu, etc. Puis, graduellement, l’intervention vise une plus grande autonomie du jeune par sa réintégration dans un rôle social significatif pour lui.  Pour y parvenir, des activités intégrées dans la communauté et l’environnement social du jeune sont privilégiées.  Du support est aussi offert au jeune adulte pour l’aider à réintégrer les études ou le travail le plus rapidement possible.  En plus de la médication, le plan de traitement individualisé pour chaque patient et sa famille intègre une combinaison des éléments suivants :

  • Suivi individuel par un psychiatre et un professionnel en santé mentale
  • Psychothérapie de soutien et/ou cognitivo-comportementale
  • participation à des groupes thérapeutiques visant l’adaptation à l’épisode psychotique par le développement d’habiletés sociales et fonctionnelles, une meilleure connaissance de soi, l’atteinte des objectifs de vie et l’amélioration de l’autonomie personnelle. Les approches de groupe sont privilégiées, car elles ont beaucoup à apporter par la force du groupe de pairs, le partage d’expérience, le bris de l’isolement.

Le counselling et la thérapie psychologique, c’est-à-dire avoir un intervenant avec qui parler de la situation, est une partie importante du traitement. Le type de discussion et la fréquence des rencontres peut varier pour mieux convenir au patient et à la phase de sa maladie.  Par exemple, une personne souffrant de symptômes aigus peut simplement vouloir trouver quelqu’un pour la rassurer sur son bon rétablissement. Par la suite, une fois l’épisode de psychose résolu, l’individu peut vouloir discuter de comment gérer le stress, comment éviter des rechutes, et reconnaître très tôt des signes avant-coureurs ou encore comment reprendre le cours de ses études ou de sa vie professionnelle.

Chaque patient reçoit les services ‘intensifs’ d’un intervenant pivot aussi appelé dans la littérature scientifique ‘case manager’ (CM) qui sont généralement des ergothérapeutes ou des travailleurs sociaux, et d’un psychiatre pendant 2 à 5 ans, après quoi il sera référé à d’autres services selon ses besoins (omnipraticien, services de santé mentale adulte). Dès que possible, le projet de vie du jeune est examiné avec lui dans le cadre de l’intervention psychologique dans le but de l’aider à développer les habiletés nécessaires pour le réaliser ou pour le réévaluer au besoin.

À la clinique JAP, chaque jeune patient bénéficie au début du traitement, en moyenne,  d’une à deux rencontres (en individuel) par semaine puis graduellement, cette fréquence diminue jusqu’à une rencontre aux deux semaines, parfois plus, mais rarement moins qu’une fois par mois.  De plus, il a accès à des groupes hebdomadaires de thérapie selon ses objectifs (atelier d’ergothérapie, thérapie par diverses activités dont la cuisine, activités artistiques comme la peinture, le travail du cuivre, du cuir, travail du bois, etc.) ,  psychoéducation, sport, groupe sur le retour travail-études,  groupe plein air, thérapie motivationnelle pour abus de substances, etc.). Toutes les interventions individuelles et familiales tiennent compte du délicat équilibre entre le support familial ou communautaire nécessaire, vu la maladie du jeune, et l’importance d’encourager la séparation-individuation et le développement de l’autonomie propre à cette étape développementale. La philosophie au cœur du traitement consiste à considérer ce jeune adulte ou cet adolescent comme ayant des projets de vie et du potentiel mais devant s’adapter à une maladie qu’il doit apprendre à ‘maîtriser’ plutôt que comme un jeune ‘malade vulnérable’ à qui il faut éviter les stress de la vie. Cette perception permet au jeune de cultiver l’espoir et d’atteindre son plein potentiel tout en tenant compte de ses limites.